Qui suis-je ?

La question est simple, je vous l'accorde, et la réponse devrait l'être tout autant. Seulement voilà, l'exercice consistant à me présenter, à vous expliquer le pourquoi du comment de ce blog, lui, est moins aisé.

Pourquoi ? Eh bien parce que parler de soi, se mettre en avant et dégainer la panoplie des atouts indispensables (dont je suis pourvue, évidemment) pour créer des liens, des nombreuses qualités humaines (que j'ai, si, si !) qui font qu'on m'aime, ainsi que des compétences (que je possède aussi, cela va de soi !) pour attirer les lecteurs et leur donner envie de revenir me voir, ça, on ne peut pas dire que ce soit inné chez moi !

En d'autres termes, et si je résume, parce que je sens bien qu'à ce niveau de l'article vous êtes sur le point d'aller voir ailleurs car vous n'avez toujours pas de réponse à la fameuse question en titre : je suis Delphine – alias Difine, Fifine, Finette, Yiyite (ça, c'est réservé à la famille, et ça vient de ma cadette de soeurette adorée qui petite ne parvenait pas à prononcer mon prénom... Ben, c'est resté !), ou encore le bon vieux classique : Delf (celui-ci restant le plus acceptable de tous les surnoms ridiculement affectueux, mais le moins chou, faut bien l'avouer) – et j'écris !

Comme j'écris, donc, et que je réalise que depuis deux ans ma véritable passion, ma raison d'être (OK, le terme est un peu fort, mais voyez, ça en jette, alors je le laisse !) réside dans cet art incroyablement salvateur, l'accomplissement suprême serait alors d'être lue. Quelle plus belle récompense à mon travail ? C'est donc le sourire aux lèvres que je me lance dans l'aventure du Sourire aux livres pour vous permettre, à vous, mes premiers lecteurs, de découvrir ma prose, mon univers, mes petits posts et clins d'oeil... Et très bientôt, je vous présenterai mes personnages et l'atmosphère de mon dernier roman – qui sera auto-édité – pour vous donner l'envie d'y plonger. J'ai d'ailleurs pour ce faire quelques idées, mais là, il faudra revenir pour en savoir plus ; paraît que c'est un peu le principe du blog.

 

Bon, vous avez mon prénom et vous savez que je pourrais passer mes journées à taper sur mon clavier, mais comme dirait George : "What Else ?" Non, parce que des auteurs – et des talentueux, de surcroit ! –, il y en a plein la blogosphère, alors, pourquoi moi, la bouche en coeur et Le Sourire aux livres, plus qu'un(e) autre ? À cette question, aucune réponse, aucun argument à mettre en avant, juste une irrésistible envie de partager, d'échanger, d'écrire et de vous lire – et avec sourire et humour, s'il vous plaît !  

Comme vous êtes toujours là et que vous n'avez pas lâché l'affaire, je vais vous en dire un peu plus sur moi... pas trop tout de même ; laissons planer un soupçon de mystère... perso, je trouve que ça fait classe !

Évidemment, pour ceux d'entre vous que ma vie intéresserait davantage, je répondrai à vos questions lors d'une conférence de presse dont le lieu et la date seront communiqués ultérieurement.

Dans un texto, c'est précisément là que je collerais trois fois de suite l'émoticône mort de rire, suivi d'un "LOL". On se comprend !

Bien, je vais vous épargner tous les traumatismes de la petite enfance : les arbres du poster mural dans ma chambre qui prenaient vie dans mes nuits, par exemple, ou encore mes petites jambes arpentant, le soir après le coucher, le couloir jusqu'au salon pour vérifier que mes parents y étaient bien installés et ne m'avaient pas abandonnée. Les souvenirs muets filmés à la caméra Super 8 chez mamie Marinette, papy Cacahuètes, mamie Dédée, papy Yves, parce que là, clairement, même si je ne me lasse pas d'emboîter les bobines sur le projecteur pour visionner les dizaines de films, tatatatatatatatatata (c'est le bruit de la bande qui passe), ça n'intéressera personne d'autre que moi ! On va aussi passer sur ma crise d'adolescence inexistante à ladite période, mais qui m'est revenue en pleine poire à vingt ans. Sur mon parcours sentimental et amical chaotique, parce que je n'ai finalement jamais compris pourquoi le don de soi, le vrai, celui qui consiste à ne pas compter, calculer ou réfléchir, celui qui n'est qu'altruisme et empathie, ne menait que très rarement à autre chose qu'une succession de déceptions et de désillusions. Tiens, ça peut donner lieu à un petit article, ça !

En tout cas, je précise : aujourd'hui, tout va bien !

Mon cursus scolaire ? Un bac A1 (seules les générations nées avant 1980 connaissent la filière A ; les quarantenaires solidaires, quoi !) passé en 1993 à Pau (64), un BTS Tourisme obtenu à Talence (33) en 1995, une licence professionnelle de Commercialisation et Gestion de Structures Hôtelières et Touristiques décrochée à Tarbes (65) en 2016.

Bon, là, il y a ceux qui lisent mécaniquement, déjà saoulés par mon CV au contenu peu extasiant (et je ne les blâme pas), et ceux qui ont déjà repéré, entre mon BTS et ma licence, un espace temporel de vingt-et-une années. Eh bien, durant cette période, j'ai exercé avec passion mon métier dans le monde du tourisme, à Paris et à Pau, et devinez quoi... j'ai voyagé, et j'ai adoré ! Je vous raconterai sans doute mes destinations préférées, ces voyages qui marquent, qui restent gravés à jamais... 

Aujourd'hui, je suis une expatriée au coeur de l'Océan Indien depuis deux ans, et c'est d'ici, de la côte est de l'Île Maurice, que je vous écris, parce que j'en ai besoin et qu'en plus, j'adore ça ! Du coup, j'ai eu envie de vous offrir de belles images qui vous attendent dans la galerie.

Allez, je m'arrête là, ceci est un blog et appelle donc à de nombreux posts ! On a bien le temps de se lire et correspondre !

Je vais vous bichonner, essayer de vous faire rire – ou tout au moins sourire –, vais nourrir et entretenir mon petit projet et faire tout mon possible pour y mettre du contenu original et attrayant (comme ils disent sur les sites de conseils pour sites) : avis, articles, photos, conseils, coups de coeur et coups de gueule ! Et ça tombe bien, parce que j'ai du temps pour tout ça !

Île Plate_.JPG

Je vous propose donc de vous retrouver très régulièrement, mes petits followers (quand je pense qu'il y a encore quelques mois ce mot ne faisait pas partie de mon vocabulaire, moi, de l'école du bouquin version papier !), et il me tarde déjà !