Quand nos souvenirs viendront danser

Virginie Grimaldi

C’est au détour du rayon livres et papeterie du supermarché de Grand Baie que je suis tombée par hasard sur l’avant-dernier roman de la talentueuse Virginie Grimaldi en Livre de Poche, le seul que je n'avais pas lu !

Quelle chance ! Alors que l’île et ses rares librairies ne sont plus approvisionnées en lectures depuis de longs mois, j'ai pu me replonger dans l'univers délicieux de l'un de mes auteurs préférés. 

L'histoire :

Une bande d’octogénaires, tous voisins et résidents de l’impasse des Colibris depuis plus de soixante ans, forment un collectif pour sauver leur quartier de la destruction par la mairie dans le but d’y installer une école supplémentaire. Un combat sans arme qui les mènera vers la notoriété, mais pas que, raconté par Marceline, propriétaire, avec son grand amour Anatole, du numéro 1 impasse des Colibris.

Mon avis:

J'ai eu un peu peur au départ que Virginie nous ait servi un petit remake de son roman Tu comprendras quand tu seras plus grande en remettant en scène de semblables papys et mamies déjantés, mais non, bien sûr que non! Elle nous offre comme d'habitude une histoire bien différente mais tout aussi tendre, émouvante, cocasse et drôle. Oui, je sais, mon avis manquera encore d’originalité, pardonnez-moi, mais je me suis délectée, une fois de plus, de la plume et de la fraîcheur de l’auteur !

 

Bravant les petits et grands soucis de santé, les souvenirs douloureux qui les ont peu à peu séparés, les rancœurs et les secrets, Gustave, Rosalie, Joséphine, Marius, Anatole et Marceline entreprennent avec détermination une série d’actions loufoques pour décourager le maire de la commune sur le point de raser l’impasse des Colibris.

Rebaptisés les Octogéniaux, c’est Marceline qui raconte et entremêle leurs (mes)aventures d’hier, lorsqu’ils avaient vingt ans en emménageant impasse des Colibris, et d'aujourd'hui alors qu'ils ne se parlent plus. Et pourquoi, d'ailleurs ?

La bande d’autrefois pourrait bien alors être sur le point de se retrouver.

 

Des personnages attachants, une écriture maîtrisée, un humour qui côtoie en permanence l’émotion… et des secrets que le lecteur découvre au moyen des flashbacks, de 1954 à nos jours. Au milieu, comme un fil conducteur, une profonde histoire d’amour, un tourbillon de tendresse et de jolies sensations, agrémenté de quelques écueils, entraves à un quotidien dépeint avec réalisme.

Avec cet auteur, l’on est jamais déçu par la fin ! Et celle-ci est… surprenante, poignante.

 

Je suis toujours émerveillée par la capacité de la talentueuse madame Grimaldi à inventer, faire vivre, faire sourire, au travers de scènes de vie ordinaire animées par des protagonistes singuliers, mais qui nous ressemblent tant pourtant.

 

On remonte le temps, on rit, on espère, on découvre, on lâche une larmichette… et bon sang que ça fait du bien !