Nos espérances

Anna Hope

Un autre roman de la Bibliothèque Orange, publié en 2020, de Anna Hope, actrice et écrivaine britannique née en 1974 à Manchester. Une histoire séduisante qui parle d’amitié, d’amour, d’avenir, de bonheur… ou de sa recherche. En dépit d’une entrée dans l’histoire un peu poussive, le récit s’avère finalement séduisant, actuel et donne à réfléchir.

L'histoire :

Hannah, Cate et Lissa sont amies depuis de longues années et, malgré leurs parcours de vie bien différents, parviennent encore à se retrouver régulièrement, à Londres ou alentours, leur ville. Elles parlent, s’écoutent, s’observent. À la croisée des chemins, établies dans des vies plus ou moins épanouissantes, des mariages bancals, la convoitise et l’insatisfaction sont de mise. Que sont-elles devenues ? Qu’en est-il aujourd’hui de leurs rêves et aspirations ?

Mon avis:

Une écriture riche, un style plaisant, une plume résolument féminine. Une traduction réussie.

Si le lecteur est un peu perdu au départ, dans les allers et retours entre passé et présent, des années 80 à nos jours, cette mise en place est nécessaire pour comprendre les origines de l’amitié qui lie les trois femmes, ainsi que les évènements vécus et partagés. Cette façon de jouer avec le temps peut perturber, tant la notion des dates a son importance dans l’installation de l’intrigue. Mais la gymnastique est vite oubliée à mesure que l’on s’attache aux personnages, que l’on intègre qui sont ces femmes les unes pour les autres, leurs liens, l’impact sur leur cheminement de pensée.

Chacune lorgne sur ce que possèdent les deux autres, pensant qu’il s’agit justement de la clé du bonheur, la réussite, la solution pour être heureuse.   

 

L’on suit Hannah, Cate et Lissa dans leurs colères, leurs relations mère-fille, belle-mère et belle-fille, leurs doutes et certitudes… Mais c’est avec subtilité qu’Anna Hope s’infiltre, s’insinue dans les esprits – des trois amis, comme du nôtre –, évoquant avec une plume légère et profonde à la fois l’infidélité, la trahison, la mort, la place des femmes dans la société, leur réussite sociale et professionnelle, le rapport aux autres, le rapport au corps…

Hannah multiplie les FIV, oubliant son couple, son bonheur, sa construction personnelle. Cate frise la dépression, se débat dans sa vie de jeune mère, trop rapidement mariée. Est embourbée dans une nostalgie du passé l’empêchant totalement d’avancer. Lissa galère dans sa vie sans homme et sans emploi ; sa carrière de comédienne ne prend pas et elle peine à joindre les deux bouts, à trouver la voie d’accès au bonheur.

Et puis, il y a Sarah, la mère de Lissa, artiste solaire et égoïste, à qui la vie réservera bientôt un sale coup. Un personnage secondaire d’une importance pourtant essentielle.

 

Il y a dans ce roman autant de douceur que d’âpreté, un savant mélange. La délicatesse et l’humanité face à l’amertume, la rancœur, la jalousie.  

L’auteur évoque la place de la mère, celle de la femme. Le jugement, le pardon. Le franchissement des limites, de l’interdit, la culpabilité et le regard sur tous ces actes et sentiments à la fois. Le temps qui passe. L’insatisfaction de sa propre vie.

Sa plume est tristesse et résignation, mais délivre aussi de beaux messages d’espoir et d’amour. La solidité des liens, la psychologie et l’intimité des rapports humains.

Si l’histoire n’est pas originale – celle d'une amitié contemporaine –, la façon dont elle est abordée ici l’est pourtant.

 

Anna Hope a écrit d’autres romans que je lirai donc avec plaisir pour vous en faire part, car cet auteur est une belle découverte!