La Fille du train

Paula Hawkins

Encore un titre qui figurait sur ma longue liste, encore une grande gifle tant le talent de l’auteur britannique qui signe ici son premier roman est à saluer bien bas !

La Fille du train, paru en 2015, s’est vendu à plus de dix-huit millions d’exemplaires, et je comprends aisément pourquoi !

L'histoire :

Depuis le train qu’elle prend deux fois par jour entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel observe, lors du même arrêt au feu de signalisation, un jardin et sa maison abritant un jeune couple heureux, qu’elle nomme affectueusement Jason et Jess. Sans les connaître, elle imagine leur vie, découvre leurs habitudes et envie leur bonheur lui rappelant le sien, avant que son mari ne la quitte. Un matin, Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason ; aurait-elle une liaison ? Bizarrement attachée au couple devenu son modèle, Rachel refuse de le voir se désintégrer comme le sien. Elle s’intéresse de plus près à l’histoire, mais découvre bientôt à la une des journaux que Jess a disparu.

Mon avis:

Je m’étais un peu détachée des polars depuis quelques temps, souhaitant rester sur les thrillers psychologiques de Lisa Gardner (dont il faudra que je vous parle un jour), l’un des maîtres en la matière, pour ne pas être déçue, tout simplement. Personnellement, j’admire ces écrivains qui vous emportent littéralement dans des enquêtes d’un grand réalisme, sachant vous ligoter aux personnages, de la première à la dernière page de leur histoire, et vous tenir en haleine au rythme des découvertes et avancées de l’intrigue.

J’ai lu du bon, du très bon, et du moyen ; ici, c’est de l’excellent !

Ce roman est totalement addictif !

 

Très bien écrit, impeccablement traduit de l’anglais (et vous savez l’importance que j’accorde à la traduction), l’idée de base est plutôt banale, et pourtant, l’auteur la développe avec une originalité et une virtuosité bluffantes.  

Un travelling de cinéma à travers les yeux de Rachel, passagère quotidienne des trains de 8h04 et 17h56, oui, peut-être… mais surtout, pas que !

Peu à peu, le lecteur entre dans sa peau, mais aussi dans la vie des divers protagonistes. Il n’y a pas véritablement de personnage principal, ils le sont tous, avec leur vécu et leurs secrets. Ce roman déroule les chapitres comme les pièces d’un puzzle au travers du récit de trois femmes dans une seule et unique histoire.

Magistral !

Si vous avez le malheur de le commencer, vous ne lâcherez plus ce thriller, c’est certain.

 

Je n’en dévoilerai volontairement pas davantage, pour vous laisser vous approprier La Fille du train, ses névroses, peurs et angoisses ; sa détresse, sa solitude, sa vie sinistre et lamentable ; son alcoolisme et ses démons…

Mais cette œuvre magistrale traite de bien d’autres sujets : le mensonge, la confiance, la fidélité, l’ennui…

 

Je salue le talent incroyable de Paula Hawkins qui me laisse presque sans voix. Avec l’écriture de ce premier roman qui n’est pas sans nous rappeler les œuvres de l’illustre Hitchcock, elle se hisse sans conteste en haut… tout en haut !

 

Quelle claque ! Merci ! Et bravo !