Chernobyl - Top ! 

Une mini série de cinq épisodes créée par le scénariste, réalisateur, producteur et acteur américain Craig Mazin.

Tchernobyl, cette catastrophe nucléaire sans précédent qui est survenue en Union Soviétique en avril 1986, parle à tous, plus ou moins, parce que c'était grave, parce que c'était hier !

Mais finalement, sait-on vraiment ce qui s'est passé? J'entends, sans avoir cherché à le savoir, à s'intéresser aux causes et conséquences. Moi, j'avais onze ans à l'époque, et je peux vous dire que je me souviens des conversations des "grands" à ce sujet. Quatre ans auparavant, ma famille et moi vivions encore en Allemagne ; mes parents regardaient peut-être alors avec plus d'attention l'empreinte du nuage chimique de Tchernobyl sur ce pays, dont les frontières – paraît-il – avaient suffi à stopper sa propagation.

Quoi qu'il en soit – question de culture générale –, j'ai voulu en savoir plus, ou en apprendre, tout simplement.

Mission accomplie : la série est une belle réussite !

 

Elle retrace avec une précision époustouflante l'explosion de la centrale nucléaire soviétique Lénine qui secoue, au sens propre uniquement (et malheureusement), les habitants de la ville ukrainienne de Prypiat, pauvres victimes d'une erreur humaine et de l'incompétence, qui l'est tout autant, ayant suivi les faits. 

Les acteurs sont brillants de réalisme, on frôle le documentaire, et pourtant, c'est bien dans une fiction terrifiante que l'on se laisse embarquer. Un décor misérablement gris, quasi monochrome, représentant l'URSS communiste et ses répressions. Une atmosphère lourde et oppressante. Des dialogues travaillés, parfaitement ficelés. Une bande son dans le ton et très réussie. Bref, une réalisation sans faille !

L'on découvre alors qu'à l'époque, personne n'a aucune idée de ce qui est en train de se passer, de la gravité et des conséquences de l'explosion. Ingénieurs, experts, scientifiques s'unissent pour analyser la situation et tenter de la gérer. Ils se heurtent alors aux blocages d'un système politique autoritaire et obstructif. Le spectateur assiste impuissant à l'inconscience de la population (et des employés de la centrale) – et pour cause, ils ne seront jamais que les laissés-pour-compte – mais aussi à la révoltante manière dont cette catastrophe, volontairement minimisée, a pourtant tué des dizaines de milliers de personnes, sans oublier les séquelles physiques, mentales et les cancers thyroïdiens mortels.

On enchaîne les épisodes pour tout comprendre, tout savoir, et on ne veut rien lâcher !

On termine en colère et révolté, avec une fichue boule dans l'estomac et une autre au fond de la gorge, car on voudrait hurler.

Impensable de réaliser qu'hier encore (car oui, c'était hier !) un tel déni pouvait cacher l'odieuse vérité !

En résumé, à voir absolument, un chef-d'oeuvre !